LA PIRE DES CHOSES QUI PUISSE ARRIVER A UN PEUPLE EST QU’IL SOIT COLONISÉ!

Concierge de la République

LA PIRE DES CHOSES QUI PUISSE ARRIVER A UN PEUPLE EST QU'IL SOIT COLONISE! Concierge de la République
LA PIRE DES CHOSES QUI PUISSE ARRIVER A UN PEUPLE EST QU’IL SOIT COLONISE! Concierge de la République

La conséquence est, comme nous découvrons au Cameroun, qu’il est toujours domine par l’intermédiaire de gens nés sans caleçon – les Bulu, ici très concrètement. C’est-à-dire, par des gens qui n’ont aucun système interne de défense contre les Blancs, constructions des Blancs eux-mêmes qu’ils sont dans leur anthropologie a la petite semelle qui les veut ‘seigneurs de la foret’, et donc qui ne peuvent structurer aucune résistance parce que orphelins de tels systèmes de défense interne. Je dis bien interne, vu qu’ils ont été vaincus. C’est pour cette raison en effet que ces gens, les Bulu donc, ont été choisis par les Blancs – parce que orphelins d’un système de défense interne, parce que vaincus, ils se comportent en esclaves, et remplissent a la lettre leur mission politique d’esclavagiser leurs propres frères et sœurs qui sont leurs voisins, déjà par ressentiment – jalousie, haine, etc. Biya et son complexe d’infériorité absolu devant les Français, devant tout ce qui est Blanc, est un cas typique. Ce n’est pas et ce ne sera jamais le cas des Bamiléké, je dis bien jamais, jamais et jamais. Divises entre ceux qui sont dans le Noun, ceux qui sont francophones, et ceux qui sont anglophones, nous avons un système interne qui nous blinde, je dis bien blinde contre la domination, et donc structure notre résistance éternelle contre la colonisation. Le prix paye, ce sont les génocides. Quels sont ces systèmes?

1) Je ne vais plus parler de la tontine – nous avons passé deux ans ici, littéralement a en parler, avant même que le mot ‘Tontinard’ ne devienne politique dans notre pays par la BAS et le MRC – mais GCTV est là, la plus grande tontine de la diaspora, suite de Génération Change.

2) Je ne vais pas non plus parler des ndaps, le système qui structure déjà l’appartenance interne, mais, tout aussi important, lessive le langage de l’intérieur au point de le rendre immunise contre la haine, parce qu’il rend l’insulte quasiment impossible, car régule en interne et libère la parole des minorités, par exemple des femmes.

3. Le troisième élément c’est la démocratie intégrale – je ne dis pas anarchie, mais le fédéralisme intégral qui fait que de toute évidence les différents groupes bamiléké se fasse compétition, et donc ne puissent pas être domines totalement – il y’a toujours place pour la dissidence, pour un groupe qui est dissident. Toujours, donc la colonisation ne peut pas et ne pourra jamais être totale.

4. Ca ce sont des choses dont j’ai déjà parlé, mais je reposte ici cette vidéo de l’art oratoire bamiléké – dans son expression anglophone ici -, parce que, après mon explicitation sur les ndaps, il y’a un lecteur est sorti de l’ombre, un Bafoussam, pour me dire que je développe un complexe de supériorité bangangté. Un peu comme des gens, des Bulu bien sûr, des Haoussa – mais ils sont en vase communiquant politique -, écrivent ici que je suis un ‘supermaciste bamiléké’. Ce n’est plus ‘genocidaire’, c’est leur dernière trouvaille.

Je n’ai pas choisi d’être l’écrivain camerounais et spécifiquement bamiléké le plus en vue aujourd’hui, c’est un fait simple. Je ne vais pas me répéter mais c’est évident que si la colonisation ne peut réussir que si elle veut insuffler en chacun de nous un complexe d’infériorité, la culture bamiléké, et Bangangté en particulier, et je suis Bangangté, avec les ndaps déjà, vaccine l’enfant dès sa naissance contre le complexe d’infériorité, le vaccine et structure sa parole contre la haine dont le vécu quotidien dans notre pays est la bamiphobie, tout comme l’expression historique est le génocide, commis sur les Bamiléké justement parce qu’ils ne se soumettent pas, parce qu’ils ne veulent pas se soumettre, et parce qu’ils ne se soumettront jamais. Je suis écrivain, écrivain bamiléké. Voilà donc l’art oratoire dont je descends, dans sa manifestation la plus belle et la plus élégiaque: l’expression critique devant un chef. Il y un port altier de soi qui est visible-la, mais surtout une manifestation de la dignité qui en fait un art bangangté, et bien sûr Dschang, et bien sur Foumban, et bien sûr Bamenda, bien sûr. Je sais exactement qui je suis et d’où je viens, et, plus important, je suis un homme libre. Habituez-vous a ca – le temps du lock nshou et des stéréotypes est fini. Les Bamiléké ont commencé à parler ici dehors.

Concierge de la République

https://www.facebook.com

admin

Next Post

LÉGISLATIVES ET MUNICIPALES DU 09 FÉVRIER 2020

sam Nov 30 , 2019
Sa majesté Paul Marie BILOA EFFA Mon peuple souffre d’absence de culture politique. Les responsables des partis quant à eux pour la plupart souffrent de myopie politique. Comment ne comprenons-nous pas que prendre part au double scrutin du 09 février 2O20 serait cautionner la partition de notre pays avec en […]
LÉGISLATIVES ET MUNICIPALES DU 09 FÉVRIER 2O20 Sa majesté Paul Marie BILOA EFFA

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :