Lettre ouverte à Monsieur NGO’O MEBE Jean-Philippe, sous-préfet de Dibombari

Lettre ouverte à Monsieur NGO’O MEBE Jean-Philippe, sous-préfet de Dibombari

Lettre ouverte à Monsieur NGO’O MEBE Jean-Philippe, sous-préfet de Dibombari.

Lettre ouverte à Monsieur NGO'O MEBE Jean-Philippe, sous-préfet de Dibombari
Lettre ouverte à Monsieur NGO’O MEBE Jean-Philippe, sous-préfet de Dibombari

Cher compatriote! J’ai perdu l’éloquence et la verve quotidiennes dont on me reconnaît parce que je m’adresse à un individu sans scrupule ni vergogne. Vous ne méritez aucun respect d’un enseignant quel que soit son statut.

Je suis enseignant, diplômé de l’une des huit écoles normales supérieures que compte le Cameroun. J’ai lu avec émoi votre lettre n°89/2022/L/C16.01/BAG non datée et dans laquelle, d’un ton martial comme vous en avez l’habitude, vous avez servi l’injonction aux chefs d’établissements scolaires secondaires publics, de vous rendre compte de la reprise ou non des cours dans un délai de 72h.

N’allons pas très loin : d’abord qui parle ? Vous oubliez que la condition dans laquelle vivotent les enseignants aujourd’hui est aussi la résultante des multiples détournements de vos parents ? J’allais oublier de dire que 04 mois après que votre père, alors ministre délégué à la défense ait été jeté en prison pour détournement des milliards, votre mère l’a directement rejoint pour un regroupement familial inédit, accusée elle aussi des mêmes faits. Vos parents ont jusqu’à présent des distributeurs de billets de banque à domicile, et l’argent du petit déjeuner mensuel d’un seul de vos cadets équivaut les revenus mensuels de 40 enseignants de catégorie A. D’ailleurs votre maman a voulu incinérer les liasses de billets de banque quand elle s’est aperçue de la présence des enquêteurs à domicile. Vous êtes le fruit d’une reproduction sociale, en réalité vous ne devriez même pas oser parler en public car le fils d’un braqueur est un futur braqueur. A votre place, je n’aurai jamais levé le doigt aux noms des pouvoirs qui me sont conférés pour me prononcer sur un sujet aussi délicat. Utilisez les mêmes pouvoirs qui vous sont conférés pour intimer l’ordre au régisseur de la prison de Nkondengui de libérer vos parents, ou alors vous collez la paix aux enseignants qui n’ont aucune leçon de morale à recevoir de vous.

La dette sociale de cette catégorie de fonctionnaires vis à vis de l’État est de 200 milliards, ça ne vaut même pas le parc automobile de vos parents, vous pouvez toujours aider l’État à solder cette dette, c’est un geste symbolique, ça ne vous coûte rien absolument.

#OTS jusqu’à la gare de Dibombari.

Un ENSEIGNANT

Source: https://www.facebook.com

admin

Laisser un commentaire

Next Post

DEUX ANS SANS RAPPEL D'INTEGRATION POUR LES ENSEIGNANTS DES UNIVERSITÉS

ven Mar 18 , 2022
Boris Bertolt
DEUX ANS SANS RAPPEL D'INTEGRATION POUR LES ENSEIGNANTS DES UNIVERSITÉS

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents