Chaque peuple a la photo qu’il mérite, IL Y A BIEN VACANCE DU POUVOIR !

Par WILFRIED EKANGA

Chaque peuple a la photo qu’il mérite, IL Y A BIEN VACANCE DU POUVOIR !
Chaque peuple a la photo qu’il mérite, IL Y A BIEN VACANCE DU POUVOIR !

Hier soir, 26 octobre, le Secrétaire Général à la Présidence Ferdinand Ngoh Ngoh s’est saisi de son téléphone et a ouvert le compte twitter de Paul Biya — dont il est le créateur et l’administrateur -, pour écrire un insipide et peu crédible message de condoléances aux familles endeuillées, suite au massacre de Kumba.

Il faut dire que depuis le 5 février 2019, date où Biya en personne lui a délégué la signature permanente (et donc où il a avoué lui-même son incapacité à gouverner désormais), Ngoh Ngoh agit dorénavant comme le véritable président de la République du Cameroun. Fort de ce nouveau pouvoir cyniquement exercé depuis les coulisses, il n’hésite plus à donner des ordres ça et là, avec la garantie de se faire écouter, puisqu’il détient le mot de passe ultime :

« Sous Hautes Instructions du Président de la République ».

Conscient de la léthargie extrême des Camerounais et de leur habitude à ne douter de rien et à accepter tout, il prend donc des décisions unilatérales en y apposant juste l’estampille « Paul Biya » en bas de page. Comme Atanga Nji et tout ce Gang de Malfrats, il sait qu’il pourrait même un jour demander à ce que l’on vienne violer votre épouse chez vous « sous Hautes Instructions », et que vous allez répondre : « Merci, Excellence, je suis très honoré de ce viol. »

Le 16 septembre dernier, suite au limogeage du magistrat Salomon Mengang, le directeur de la CNPS (depuis 2008) Alain Olivier Mekulu Mvondo avait constaté la supercherie et s’était opposé à l’ordre de Ngoh Ngoh sur sa réhabilitation « sous hautes instructions », estimant que ça ne venait pas de Paul Biya et que le SGPR avait falsifié la signature..

En principe à ce niveau, la messe est dite.

Le drame de Kumba a eu lieu il y a trois jours, et ce n’est qu’hier soir que Biya (ou l’ombre qui gouverne en son nom), est sorti des ténèbres pour s’adresser aux Camerounais. Mais pourquoi ce glissement de date ? Eh bien c’est simple : Barthélemy étant soit décédé soit gravement malade et dans un état végétatif (incapable de parler), il fallait trouver la pilule la plus facile à avaler pour le peuple. Un exercice beaucoup plus compliqué qu’il en a l’air, et qui leur a pris plus de 48 heures à cogiter.

Mais on constate que même après deux jours de réflexion fiévreuse, ils n’ont rien trouvé de mieux que l’ancienne formule abstraite, à savoir … un tweet ! C’est-à-dire un simple et banal post en ligne, qui ne prouve en rien qu’il s’agisse bien de Paul Biya. L’arrière-tante de ma grand-mère aurait tout aussi bien pu en être l’auteur.

Du coup, la mayonnaise ne prend pas (Même si c’est un peu normal vu que la sardine n’a pas de tête). Bien au contraire, le malaise s’installe. Car même si Biya est coutumier du fait et qu’il n’a jamais brillé par son empathie ou sa présence face aux drames (Eseka, Ngarbuh and Co…), son mutisme de ce week-end a quelque chose de bien plus suspect que d’ordinaire.

LA PAYS DES CREVETTES

En effet, le 12 octobre 2020, le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, a invité Paul Biya à la commémoration des 60 ans des indépendances des pays francophones à Brazzaville, et il a reçu comme réponse du cabinet civil d’Etoudi, que ce ne sera pas Biya lui-même, mais plutôt Dion Gute le Premier Ministre, qui le remplacera. Le souci, c’est que ladite conférence n’aura lieu ni aujourd’hui ni la semaine prochaine … mais plutôt du 27 au 29 novembre prochain, soit dans un mois !

Autrement dit, nous sommes encore en plein octobre, et Ngoh Ngoh sait déjà que même dans un mois, Biya sera toujours hors service ! Il a déjà prévenu Sassou que les Congolais ne verront pas Biya le mois prochain. Quant à vous, fellow Cameroonians, ne vous attendez à rien (À RIEN) pour les 31 jours à venir !

Je réitère que même si on n’avait pas coutume de le voir se déplacer pour des sommets importants, il faut noter que la crise du Coronavirus a longtemps coincé les dirigeants dans leurs pays respectifs. Ainsi, les réunions internationales se sont principalement tenues par visioconférence. Mais les Camerounais n’oublieront pas que Biya n’a été vu ni au 17eme sommet des chefs d’État de la CEEAC tenu (en ligne) le jeudi 31 juillet 2020, ni le 28 septembre à la tribune (en ligne) de l’Assemblée Générale de l’ONU !

Je répète qu’une intervention vidéo – sans avoir à bouger de son canapé — aurait simplement suffi ! C’est le concept même de « tribune virtuelle. »

Malgré cela, aucune trace de Bi Mvondo.

Et voici que, dans le même sillage, un énième carnage survient à Kumba, dans une guerre qu’il a savamment créée, lorsqu’il laissait sa police milicienne torturer des avocats et des enseignants qui manifestaient les mains nues, radicalisant ainsi une partie des anglophones. On aurait pu rêver d’une sortie à titre exceptionnel étant donné l’ampleur de la catastrophe de ce 24 octobre, mais l’homme qui depuis 7 mois n’a été aperçu que sur des photos à l’authenticité ambiguë est resté fidèle à sa politique casperienne : le Fantômisme.

Qu’est-ce qui explique qu’un homme reclus jour et nuit dans son palais ait encore besoin d’un représentant… alors qu’il suffit qu’on lui tienne la caméra et qu’il s’exprime ?

Réponse : soit il est mort, soit il est dans un état de légume et on infantilise toute une population. Il n’y a pas de troisième rail !

LE PAYS QUE NOUS VOULONS

Il y a donc vacance du pouvoir, et comme je le disais hier, il vaudrait mieux que Paul Biya soit mort ou évanoui, plutôt que de le savoir bien en vie mais inerte (et donc je menfoutiste) face aux cataclysmes que vit le pays ces derniers mois. Ce n’est pas parce qu’il est fantomatique depuis 38 ans qu’on doit continuer à acclamer le Fantômisme. C’est totalement anachronique de voir des gens nous demander de condamner la tuerie de ce weekend, et défendre en même temps un supposé président qui ne s’exprime pas dessus.

Le simple fait que les Camerounais se taisent devant une telle humiliation — gouvernance photocrate et twittologique — est la preuve que les miracles existent !

Nous qui vivons dans d’autres pays et voyons les dirigeants être au four et au moulin de leurs concitoyens, mesurons fort bien l’ampleur de l’humiliation que subissent les Camerounais sur place. Ici en Allemagne, la chancelière Angela Merkel s’est récemment rendue au chevet d’un opposant russe, Alexey Nawalny, empoisonné (probablement par les services secrets du Kremlin) lors d’un vol interne le 20 août 2020, et évacué à la clinique universitaire de la Charité de Berlin. En gros, les étrangers sont mieux traités ailleurs que les Camerounais dans leur propre pays !

Ce que nous voulons, c’est un pays où ce type d’hérésie sociale n’existe pas. Nous rêvons d’un Cameroun où le concept de République a un sens, et non un royaume où l’empereur estime n’avoir de compte à rendre à personne. Nous voulons d’une nation où le président descend sur le terrain pour une seule victime (exemple : Emmanuel Macron et l’enseignant Samuel Paty, décapité le 14 octobre dernier dans les Yvelines), et non un pays en délire où un homme se comporte comme s’il avait été oint et placé là à vie par Dieu lui-même, coiffé d’une couronne en or massif. Ce type d’anomalie ne devrait plus exister en 2020.

Or en 2020, le Camerounais est traité comme le crustacé qui donna son nom au pays : la Crevette !

Il y a bel et bien vacance du pouvoir. En politique, la vacance se résume à l’I-N-C-A-P-A-C-I-T-E. On n’a pas besoin de savoir si Casper est mort ou non pour convoquer la vacance. Ce qu’on sait c’est qu’il ne dirige plus, et cela suffit largement ! Les diversions orchestrées çà et là pour détourner de ce sujet crucial ne fonctionnent que sur des esprits faibles. Ce que, j’ose croire, nous ne sommes pas.

Un seul motto : « Bring Back Our Légume. »

CLAUDE WILFRIED EKANGA EKANGA

(Si ton père n’était ni à ton baptême, ni à ton diplôme, ni à ton mariage ni à la naissance de ton premier fils, c’est qu’il y a erreur sur le test ADN).

Source: https://www.facebook.com

admin

Next Post

Drame à Kumba, par Fo'o Sokoudjou

dim Nov 1 , 2020
Drame à Kumba, par Fo’o Sokoudjou Il faudrait qu’on verse quelle quantité de sang dans ce pays pour qu’enfin ceux qui nous gouvernent comprennent qu’on s’est trompé de chemin ?Les enfants innocents tombent comme ça jusqu’à le chef entend même ?Qu’est-ce qu’il faudrait qu’on fasse pour qu’enfin le chef parle à son […]
Drame à Kumba, par Fo'o Sokoudjou

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :