Patrice Nganang : l’insoumis, par Jean-Bruno Tagne

Patrice Nganang : l’insoumis, par Jean-Bruno Tagne

Patrice Nganang : l’insoumis, par Jean-Bruno Tagne
Patrice Nganang : l’insoumis, par Jean-Bruno Tagne

Patrice Nganang marche sur l’eau en ce moment. L’écrivain et universitaire camerounais a récemment fait l’objet d’un article dans le New Yorker, qui est probablement l’un des magazines les plus importants de la planète. Il tire à 1 234 000 exemplaires et ses plateformes numériques touchent environ 59 millions de personnes dans le monde. Bien avant, Patrice Nganang s’était exprimé à la tribune des Nations-Unies à New York sur la vision africaine de la guerre en Ukraine.

Ces deux événements m’ont poussé à fouiller dans mes archives pour retrouver une interview qu’il m’avait accordée. Décembre 2018 en effet, je profite de mon séjour étatsunien pour lui rendre visite. Le professeur de littérature de la Stony Brook University à New York me reçoit en sa résidence dans un quartier chic de Hopewell dans le New Jersey.

Pendant deux jours, j’essaie de camper ce personnage aussi complexe que finalement attachant. Patrice Nganang ne fait rien comme tout monde. Dans son bureau chargé, l’auteur de « Mont Plaisant » écrit debout. La chaise fait simplement partie du décor de cette maison bardée de livres et d’objets d’art.

Il est obsédé à cette époque par la mise en place d’une chaîne de télévision, « Génération change Tv ». Un média qu’il présente comme pro Kamto et pour le changement au Cameroun.

Il faut remonter à Mongo Beti pour retrouver un écrivain camerounais qui aura autant allié sa carrière d’auteur prolifique à celle de militant pour les droits de l’homme et le changement. Ses prises de positions sont très souvent controversées, mais il a le mérite de les assumer, quitte à choquer.

Décembre 2017 le Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son roman « Temps de chien » est expulsé du Cameroun après avoir passé quelques jours à la prison centrale de Kondengui.

Petite confidence que me fit alors son avocat, Me Emmanuel Simh : « J’ai souvent défendu des gens ; mais Nganang est de loin le gars le plus courageux. »

Source: https://www.facebook.com

admin

Laisser un commentaire

Next Post

UNE SOCIÉTÉ DE MÉCHANTS

mar Juil 12 , 2022
UNE SOCIÉTÉ DE MÉCHANTS Par le Dr RICHARD MAKON Le mal ne triomphe que là où il y a abondance de méchants, et démission généralisée des gens de bien. C’est connu ! Ce qui l’est aussi, c’est que le Cameroun est gangrené par le mal, sous ses divers visages (népotisme, […]
UNE SOCIÉTÉ DE MÉCHANTS

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents