AFFAIRE POISSONS « POURRIS » DE CONGELCAM, RÉVÉLATIONS SUR UNE VASTE MANIPULATION !

AFFAIRE POISSONS « POURRIS » DE CONGELCAM : RÉVÉLATIONS SUR UNE VASTE MANIPULATION !

AFFAIRE POISSONS « POURRIS » DE CONGELCAM, RÉVÉLATIONS SUR UNE VASTE MANIPULATION !

AFFAIRE POISSONS « POURRIS » DE CONGELCAM : RÉVÉLATIONS SUR UNE VASTE MANIPULATION !
AFFAIRE POISSONS « POURRIS » DE CONGELCAM : RÉVÉLATIONS SUR UNE VASTE MANIPULATION !

Le 23 mars dernier, l’opinion publique nationale et même internationale s’est vue submergée par une information d’une extrême gravité, à savoir la saisie et la destruction dans la localité d’Obala de près de 5 tonnes de poissons présentés comme « pourris » et « impropre à la consommation », et appartenant à l’entreprise Congelcam.

Une nouvelle qui n’a pas manqué de susciter l’émoi des populations, face aux implications sanitaires dommageables auxquelles sont exposées celles-ci s’il s’avérait que Congelcam vend effectivement du poisson pourri à ses clients.

Mais, au fur et à mesure que les jours passent, que l’émotion s’estompe et que la raison reprend peu à peu le dessus, l’on constate que derrière ce qui était présentée par certaines autorités du MINEPIA comme étant une action salutaire pour les consommateurs, n’est qu’une cabale mal montée de toutes pièces. Surtout lorsqu’on accède à certains faits et quelques révélations issues des premières auditions, étant entendu que l’affaires est désormais pendante devant les autorités judiciaires.

UNE SAISIE-DESTRUCTION TOTALEMENT ILLÉGALE QUI CACHE MAL DES MANŒUVRES DE DÉSTABILISATION DE CONGELCAM

Pour quiconque connait juste un peu et superficiellement les procédures de saisies et de destruction des produits alimentaires destinées à la consommation, sait que le moins que l’on puisse faire en la matière est de suivre les étapes suivantes :

– Sceller les lieux de vente ;

– Saisie des produits soupçonnés de nocivité à la santé en présence des autorités judiciaires, sécuritaires, administratives, des douanes, des impôts, des services phyto-sanitaires, et surtout des hauts responsables de l’entreprise concernée ;

– Conservation des produits saisis dans des endroits appropriés notamment les chambres froides ou des camion isothermes ;

– Transmission des échantillons représentatifs de l’ensemble des produits saisis vers des laboratoires indépendants de renom tel que le Centre Pasteur pour attestation de la toxicité des produits saisis ;

– Destruction le cas échéant des produits toxiques en présence du grand public, des médias et des autorités suscitées, et ceci aux frais de l’entreprise incriminée !

Mais, au lieu de cette procédure claire et précise, Madame Marthe Mebounou, ci-devant déléguée départementale du Ministère des pêches et des industries animales de la Lékié, sur la base de soi-disant « dénonciations des populations », s’est pointée le matin du 23 mars 2022 dans des agences de Congelcam de l’arrondissement d’Obala, a neutralisé le personnel de service avec l’aide de quelques gros bras qu’elle avait réquisitionné pour les besoins de la cause, et a commencé à faire sortir les poissons des chambres froides. Poissons qu’elle prétend avoir fait détruire dès le lendemain en fin de matinée.

Face à cette façon cavalière de faire, plusieurs questions viennent à l’esprit, même du plus naïf :

– Pourquoi Madame Marthe Mebounou n’a-t-elle pas suivi la procédure sus-indiquée et connue de tous ?

– Pourquoi n’a-t-elle pas exigé ne serait-ce que la présence des hauts responsables de Congelcam ?

– Qu’est-ce qui prouve que les poissons qui ont été détruits proviennent effectivement des agences de Congelcam ?

– Au cas où cela serait même vrai, qu’est-ce qui fait croire que ce n’est pas leur exposition à l’air libre plus de 24 heures après leur saisie qui les a fait pourrir ?

– Avec quoi a-t-elle payé les gros bras et les véhicules qu’elle a réquisitionné pour les besoins de la cause ? Surtout lorsqu’on connait le niveau d’indigence dans laquelle végètent les délégations départementales ;

– Qu’est-ce qui prouve que la totalité du poisson saisi a effectivement été détruit ?

Toutes choses qui ont conduit la direction générale de Congelcam à porter plainte contre Madame Marthe Mebounou, surtout à l’observation des images où elle reçoit de l’argent des mains de certaines personnes à l’intérieur d’une des agences de l’entreprise où elle procédait à la saisie.

Même si la déléguée départementale du MINEPIA prétend qu’il s’agissait des frais de dossiers de certains jeunes entrepreneurs, force est de se demander ce qui peut justifier qu’une autorité se permette de percevoir des fonds publics hors de ses bureaux ; ce qui constitue un cas de violation grave de la réglementation en vigueur qui interdit aux responsables de percevoir des frais et amendes en dehors des postes comptables publics et des établissements bancaires où l’institution a ouvert ses comptes. Tout porte à croire qu’il s’agissait de la vente d’une partie du poisson qui a été saisi

La suspicion est d’autant plus grande que la déléguée départementale du MINEPIA déclare avoir détruit les poissons saisis dans le fleuve Sanaga. Ce qui apparait non seulement comme une entourloupe et une incongruité, mais surtout comme une mise en danger délibérée de la vie des populations car constitutive d’un cas grave de pollution des eaux, si les poissons étaient effectivement toxiques comme elle le prétend.

Pire encore, Madame Marthe Mebounou refuse catégoriquement à ce jour de faire voir les vidéos de la saisie, alors qu’elle a procédé à celle-ci en compagnie des journalistes et cameraman de la télévision Vision 4. Il faut dire qu’elle aurait de très bonnes raisons personnelles de dissimiler ces images puisque sur les vidéos des agences Congelcam l’on peut aisément observer que les poissons saisis sont bien frais et en cartons rangés dans le camion devant la poissonnerie. Un état de choses bien confirmé par les populations qui étaient témoins de la scène, ainsi que quelques éléments des forces de maintien de l’ordre venus plus tard sur les lieux.

En fait, tout porte à croire qu’il s’agissait pour Madame Marthe Mebounou et les services du MINEPIA de créer par ce précédent un vaste mouvement de saisis des produits de Congelcam sur l’ensemble du territoire national, afin de faire fermer une fois pour toutes les portes de cette entreprise. Une perception qui est très loin d’être incongrue si l’on sait qu’en fin novembre 2021 le gouvernement du Cameroun avait ouvertement mené une « vaste réflexion » afin de « neutraliser » le prétendu monopole de Congelcam.

Malheureusement pour ces sicaires, les populations ne sont pas dupes, et savent qu’elle est véritablement la qualité du poisson commercialisé par Congelcam qu’elles consomment au quotidien aux quatre coins du Cameroun.

Et c’est pour cela que toutes les tentatives de scellées ont toujours échouées, comme c’est actuellement le cas à Obala où les populations promettent désormais le feu et la furie à Madame Marthe Mebounou si elle s’aventurait encore à saisir les poissons dans les agences de Congelcam !

Source: https://www.facebook.com

admin

Laisser un commentaire

Next Post

Vendre le piment, par Haman Mana

dim Avr 17 , 2022
Vendre le piment
Vendre le piment, par Haman Mana

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents