Bamiléké et Bulu viennent faire quoi ici!

Jean-Pierre Bekolo

LA LANGUE FRANÇAISE QUE NOUS PARLONS

Devant le conseil constitutionnel de l’élection présidentielle de 2018 Maurice Kamto accuse le régime de tribalisme et demande s’il est nécessaire de présenter un concours pour être Bulu.

JSK
JSK

Le ministre Grégoire Owona lui répond « Bamiléké et Bulu viennent faire quoi ici ? ». Ce qui m’intéresse ici n’a rien à voir avec la politique mais plutôt avec la langue française que nous utilisons. Le ministre Grégoire Owona parvient à marquer un point et à neutraliser l’envolée lyrique de Maurice Kamto. Comment s’y prend-il ? En utilisant la même langue que le peuple car « Bamiléké et Bulu viennent faire quoi ici » est une traduction littérale de nos langues maternelles. Donc tout le monde comprend ce qu’il veut dire. Bamileke et Bulu ne viennent pas faire quoi ici on aurait pu répondre au ministre Grégoire Owona. Voilà une accusation grave qui est portée contre vous et au lieu de répondre par exemple que  » nous ne sommes pas tribalistes  » le ministre Owona en fait un hors sujet ou plutôt un non sujet… et ça marche. Et c’est là le problème.

Je suis personnellement un fan de la langue kmer et je milite pour qu’on en fasse une langue à part entière avec une académie camerounaise qui ne dépend plus de l’académie française. Parce qu’au commencement était la langue; le français camerounais est ce qui crée aujourd’hui le Cameroun et la n certain camerounais sachant que nous n’excluons pas nos frères anglophones. Qui n’est pas choqué par la langue française qu »utilisent les autorités quand ils parlent à la population tout en sachant qu’elle ne comprend rien ? Pourtant ces mêmes ministres quand on les entend autour d’un verre parlent kmer comme nous tous. Pourquoi utilisent-ils la langue française comme un outil de pouvoir et de domination? Parler comme l’homme blanc (qui ne parle pas comme ça) leur donnerait un certain charisme même si personne ne comprend ce qu’ils disent. Le problème que j’ai avec la phrase du ministre Owona est qu’elle fait partie des expressions qui cristallisent un mode de pensée qui rend difficile l’évolution de ce pays. La liste est longue et vous pouvez la compléter: « il y a quoi? », « laissez-nous », « il veut montrer qu’il connaît trop ». En déconstruisant ces expressions qui sont des traductions littérales de nos langues, on se demande qui ne veut pas que le médecin qui le soigne montre qu’il connait trop sur son corps ou que l’enfant qu’il envoie à l’école montre qu’il connait trop à l’examen ? Nous devrions donc faire très attention à une certaine langue française camerounaise qui porte en elle les germes de notre incapacité à évoluer en tant que société. Et quant à la réponse du ministre Owona, même si elle appartient à cette catégorie, elle reste une exploitation opportuniste d’un politicien acculé qui devait sortir sa dernière carte.

Par Jean-Pierre Bekolo

Source: https://www.facebook.com

admin

Laisser un commentaire

Next Post

Homme de la situation

sam Fév 5 , 2022
Homme de la situation
Homme de la situation

À Lire aussi

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents