Sosthène Médard LIPOT, Séquelles de la dictature, Indispensable exorcisme national

Indispensable exorcisme national

Sosthène Médard LIPOT, Séquelles de la dictature

Sosthène Médard LIPOT, Séquelles de la dictature, Indispensable exorcisme national
Sosthène Médard LIPOT, Séquelles de la dictature, Indispensable exorcisme national

• Entendu ce weekend, paroles de certains frères, apparemment conscients de la décrépitude du système politique, mais exprimant leurs envies torrides et légitimes de manger, et surtout à la table de celui-là qui a pillé le Cameroun.

• Décidément, 38 ans de dictature ça use la lucidité de certains cerveaux. Le tribalisme anti-Bamiléké est une réalité, négative ; des gens lettrés croient à tous les préjugés et pressentiments contre d’autres gens, du seul fait de leur appartenance tribale, naïvement ou de mauvaise foi, tout simplement. C’est le plus grand danger, la pire des menaces, contre l’unité nationale.

• Ce premier weekend du mois de décembre 2020, nous avons entendu une fois de plus, quelques frères Bassa exprimer vertement des propos peu flatteurs à l’encontre des compatriotes d’un groupe ethnique différent ; comme si ce dernier était la cause absolue des discriminations, injustices et crimes qui minent le développement du Cameroun et fragilisent l’unité nationale. Imaginons un seul instant que quelque part, des gens de l’ethnie incriminée exprimaient et nourrissaient aussi, à l’encontre des premiers des préjugés, pressentiments et aversions tout au moins similaires. Une cocotte-minute, prête à exploser. Par tous les moyens pacifiques, je m’emploierai à désamorcer ces bombes tribalistes, pour la concorde.

• J’ai encore entendu des propos d’une subjectivité ringarde, d’un ressentiment de frustrations choquantes et décevantes. Bref, une rhétorique peu élégante, clivante et pourtant relevant de l’ordre de l’envie légitime de sortir de la pauvreté. Un cocktail de ressentiments qui confinent tout sujet fragile à la violence, parfois à l’impensable. Morceaux choisis :

– Les gens de telle tribu ne sont pas bons.

– Tel homme de cette tribu ne te nommera jamais ministre.

– Va chercher la nourriture chez Biya (sans évoquer sa tribu), nous on veut manger, on est pauvre.

– Il faut lâcher ton chef de parti, il ne t’aime pas.

• La zombification est la conséquence dramatique d’une dictature particulièrement violente : cannibale. Des gens traumatisés, frustrés et injustement appauvris veulent quelque chose et son contraire. Quand ils vous (leur proche/frère) proposent des solutions illogiques pour que vous sortiez de la misère, mais qu’en revanche, vous leur demandez eux-mêmes de les appliquer pour leurs profits, ils déclinent spontanément l’offre tout en prétextant que c’est une solution taillée sur mesure pour vous. On compte sur vous, comme pour sortir du tunnel de pauvreté, mais on ne vous soutient pas dans votre travail politique aux côtés de Camerounais d’un autre groupe ethnique. Cependant qu’on clame haut et fort qu’on souhaite un grand Cameroon, uni et prospère. Incohérence, paradoxe et nombrilisme.

• La république jacobine a trop fait de mal aux habitants de ce pays, fabriqué de toute pièce par des Européens, en quête d’espace vital, de richesses et de main d’œuvre pour se développer. Il y deux siècles, l’État du Cameroun n’existait pas. Le problème de tribalisme n’existait pas. Les royaumes, petits ou grands, se battaient d’ailleurs entre eux, soit pour imposer leur domination, soit pour s’affranchir des conquêtes religieuses entre autres.

• Nous avons l’impérieux devoir de construire la nation camerounaise. Les tribalismes de tout acabit, d’où qu’ils viennent, quelles qu’en soient les formes, doivent être combattus, endigués, voire éradiqués. L’altérité, la reconnaissance de l’autre dans ses différences, est un principe de vie majeur, qui guidera toujours mes convictions et choix personnels de vie.

Sosthène Médard LIPOT, Séquelles de la dictature

Source: https://www.facebook.com

admin

Laisser un commentaire

Next Post

LE CAMEROUN EST DEVANT - PAR TIERNO MONENEMBO

mer Déc 9 , 2020
LE CAMEROUN EST DEVANT – PAR TIERNO MONENEMBO Après avoir raté de peu le Prix Goncourt, la Camerounaise, Djaïli Amadou Amal vient de décrocher le Prix Goncourt des Lycéens. Encore une fois, le Cameroun porte haut les couleurs de l’Afrique.Ce grand et beau pays nous a toujours honorablement représentés aussi […]
Djaïli Amadou Amal vient de décrocher le Prix Goncourt des Lycéens

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents