COMMUNIQUÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE CRITIQUE À LA JUSTICE CAMEROUNAISE

Par Christian Bomo

COMMUNIQUÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE CRITIQUE À LA JUSTICE CAMEROUNAISE
COMMUNIQUÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE CRITIQUE À LA JUSTICE CAMEROUNAISE

Les images d’un compatriote pleurant à chaudes larmes ses voitures calcinées dans la nuit du 14 au 15 octobre 2020 dans la région de l’ouest, devraient interpeller la justice camerounaise.

Car il s’agit visiblement d’un règlement de comptes contre une personne accusée de faciliter les arrestations arbitraires des manifestants du 22 septembre et qui ont subi ou subissent d’atroces tortures, traitements inhumains, dégradants, emprisonnements abusifs et irréguliers.

Hier soir sur le mur de Boris Berthold des noms de policiers supposés être des tortionnaires ont été aussi publiés.

Il y a dès lors, fort à craindre que notre pays, ne bascule dans un système de justice privée, celle des coups dans la pénombre, des paquets, des minages voire des kamikazes.

La responsabilité d’une telle situation incombe entièrement à la justice camerounaise qui se manifeste de plus en plus par son incapacité à assumer son sacerdoce. À dire le droit.

La justice camerounaise doit pouvoir rassurer tous ceux qui viennent à elle en toute confiance.

Elle doit dorénavant être indépendante, juste et impartiale, pour éviter l’émergence d’un État animal qui n’épargnera personne.

Car comment peut-on comprendre que la justice camerounaise, puisse rester volontairement indifférente face aux violations flagrantes de droit de l’homme, abus de toute nature par le régime et les membres des forces de l’ordre ?

Quand la justice se débine ou devient partiale, l’instinct animal et le réflexe de survie de l’homme socialisé prennent le dessus sur la règle ou la norme sociale.

Certains se vengeront à leur manière et avec leurs propres moyens comme on l’entend dire à Baham.

Quand la vengeance et les règlements privés s’installent dans un pays, c’est le chaos.

La Société Civile Critique ne veut pas d’un tel État au Cameroun.

C’est pourquoi elle appelle la justice camerounaise à éviter la partialité et l’injustice.

Christian Bomo

Société Civile Critique.

Source: https://www.facebook.com

admin

Next Post

« J’AI ÉTÉ CHICOTE A LA MACHETTE AU SEMIL. » - INTERVIEW DE SÉBASTIEN ABALA PAR MICHEL BIEM TONG

lun Oct 19 , 2020
Depuis son lieu de détention à la prison centrale de Yaoundé, le consultant média et activiste de la page Facebook et YouTube Médiatik s’est confié à votre journal en ligne hurinews.com sur les sévices corporels à lui infligés par les éléments de la Division de la Sécurité Militaire (SEMIL), organe […]
'J'AI ETE CHICOTE A LA MACHETE AU SEMIL.' - INTERVIEW DE SEBASTIEN ABALA PAR MICHEL BIEM TONG

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :