LETTRE OUVERTE À MADAME BIYA CHANTAL

Nathalie Princesse alias Ayop, Une patriote dans toute sa splendeur.

LETTRE OUVERTE A MADAME BIYA CHANTAL,  Nathalie Princesse alias Ayop,  Une patriote dans toute sa splendeur.
LETTRE OUVERTE A MADAME BIYA CHANTAL, Nathalie Princesse alias Ayop, Une patriote dans toute sa splendeur.

Il me choit l’honneur, de m’adresser à vous Madame la Première Dame du Cameroun, Mère de la Nation, et Épouse du chef de la République Camerounaise Mr Paul BIYA.

Si on fait un diagnostic sérieux et impartial ; on verra que, le système politique actuel du Cameroun est gravement et grièvement « corruptogène ». Regardez autour de vous et citez-nous un seul secteur qui n’a pas été gangréné par la corruption et les méfaits du reste des maux de la société camerounaise ; cherchez à la loupe, vous ne trouverez pas.

MADAME LA PREMIÈRE DAME, au rythme où vont les choses, on est tenté de croire que le Cameroun court à sa perte. Il se dirige tout droit vers le chaos et la désintégration. Des voix de plus en plus nombreuses, telle la mienne, ne cessent d’avertir de la présence d’un gigantesque iceberg sur notre trajectoire et à prévenir que votre désinvolture politique allait nous le faire percuter de plein fouet. Et pourtant, vous et votre horde de panégyristes et de laudateurs continuez de se comporter comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des pays. Aujourd’hui, les camerounais continuent d’être tués effroyablement au NOSO.

Le dialogue national qui fut un simulacre de concertation, a suscité un petit espoir de changement de cap et d’un nouveau souffle n’a pas abouti à grand-chose ; car on peut déjà prédire et même affirmer sans risque de se tromper que les belles et grandes idées formulées lors de ce « Biyalogue » national et le rapport qui en est produit dorment déjà dans les tiroirs.
A vrai dire avec cette concertation nationale, bon nombre de Camerounais avaient espéré que notre pays, dans son ensemble, subisse un lifting systémique et systématique avec de nouveaux paradigmes et une nouvelle vision. Il était attendu de ce lifting, même partiel, une cohérence, à tout le moins, avec des hommes nouveaux capables d’apporter un second souffle à un système de gouvernance qui patine et ne fonctionne pas faute de vision à court, moyen et long terme. Mais l’expérience nous montre qu’il n’a été malheureusement pas le cas, et que cela n’a juste été que l’occasion de réunir une clientèle politique affairiste et une sorte de diversion sans précédent qui auront prévalu sur le bon sens. Autrement dit, le calvaire des Camerounais se poursuivra de plus belle et de façon plus accrue. Et après on reprend les mêmes et on recommence !

Madame la Première Dame, à l’état actuel de notre cher pays, on n’a pas besoin d’une nouvelle théorie, d’une nouvelle illusion méphistophélique, ni d’un semblant aggiornamento d’une vision politique dépassée, caduque qui n’a rien produit depuis des lustres, mais tout simplement, d’un retour au bon sens, et à la mise en place d’une nouvelle vision ! Le peuple camerounais continue indéniablement et inéluctablement de payer la note effroyable de certains choix et décisions, pour notre pays ainsi que de l’irresponsabilité des élites technocratiques qui ont pratiqué du pilotage à vue et ont fait montre d’un manque de sérieux notoire dans les projets politiques, économiques et sociaux qui leur ont été confiés.

Il convient, par exemple, de profiter des nouvelles forces vives de la nation, des nouvelles technologies pour aller vers davantage de démocratie participative, ou d’exploiter des méthodes telles que l’intelligence collective, pour gouverner au plus près des réalités et des besoins des populations.

Mais il faut aller plus loin, plus vite, pour que les Camerounais où qu’ils soient dans ce monde, soient amenés à déployer leur force, leur énergie pour faire avancer notre cher Cameroun. Ensemble, société civile, mouvements des femmes, la jeunesse et pouvoir politique main dans la main, nous parviendrons à poser les jalons de notre démocratie, à élaborer une vision d’avenir porteuse d’espoir et d’optimisme, et à mettre en œuvre un projet pour le Pays, qui recréera de la confiance, de la cohésion et fera émerger une prospérité mieux partagée.

Madame la Première Dame, associez la jeunesse et les femmes sans plus tarder à la gouvernance de notre pays à tous les échelons, du plus haut au plus bas. Surtout, n’attendez pas demain ou après-demain quand il ne sera que trop tard ; sinon la déchéance sociale des populations camerounaises n’en sera que plus sévère et que dangereuse pour notre cohésion nationale.

Il vous appartient de profiter de ce formidable potentiel jusque-là contenu ou inexploité, porteur de toutes les énergies de refondation et de transformation de notre pays.

– L’appel à un véritable dialogue inclusif pour résoudre la crise anglophone,
– L’encouragement et le soutien des entrepreneurs ainsi que des entreprises sont nécessaires (ils ont été toujours traqué pour financer les élections)

MERE DE LA NATION, je me saisis de cette opportunité en tant qu’un esprit libre pour vous signifier ma peur, ma consternation ainsi que mon avis sur la souffrance de la jeunesse. Cette jeunesse dont lors de vos multiples discours a eu écho d’hymne national LA JEUNESSE EST LE FER DE LANCE DE LA NATION, elle devrait s’intéresser à politique.

Oui c’est de cette jeunesse dont il s’agit, car elle est mise en marge dans l’implication des stratégies et visions de notre pays. Je parle de la jeunesse pauvre et non de l’élite ou de l’oligarchie. Celle qui ne peut plus rêver, celle dont-on interdit de rêver, oui celle-là qui hurle gémit de douleurs atroces est bien celle-là qui est majoritaire. Tiraillée par les filets vicieux de nos responsables qui la réduisent en des objets de plaisir et des soumissions magico satanistes, gage du Rubicon pour réussir dont l’exil devient, le paradis par excellence à tous les coûts.

Cette jeunesse fragile et vulnérable est aujourd’hui une arme de destruction massive que le régime a fabriqué et continue de fabriquer, si rien n’est fait dans le sens de mise en place d’une logique de changement dynamique, afin d’améliorer leur quotidien, la déchéance morale atteindra son apogée. Il est important de relever ceci, l’élite a trouvée bon de convier au Gand Dialogue National la jeunesse élitiste, au détriment de celle qui bave, pour davantage enfoncer les efforts en vain du Président.

Maman Chantal Biya, les Camerounais ont faim, la jeunesse meurt de faim ! Et n’arrive pas à se soigner ! On dit souvent : « ventre affamé n’à point d’oreilles » donnez à manger aux Camerounais. A l’aube de votre départ puisqu’il s’agit peut-être de votre dernier mandat faites quelque chose dans ce sens, vous verrez beaucoup de Camerounais pourrons se calmer partiellement.

Il est question ici, de mettre en place un système d’aide alimentaire pour les familles pauvres ainsi que des subventions accordées aux étudiants issus de cette couche, leur permettre l’accessibilité gratuite aux premiers soins médicaux.

ÉPOUSE DU CHEF DE L’ETAT, vous avez forcé le respect et l’admiration de beaucoup de camerounais comme moi, par votre prestance au-devant de la scène politique en tant qu’épouse du chef de l’Etat du Cameroun. Vous avez inspiré la jeunesse, la jeune fille à prendre conscience de ce qu’est un engament dans « le mariage » afin que celle-ci sache ce que cela résume, à savoir : la responsabilité, le respect, la protection, la sécurité, l’amour etc. un rôle pluridimensionnel surtout quand il s’agit d’être aux côtés d’un chef d’Etat.

Bien que le Chef de l’Etat soit votre époux, il est d’abord le père de la nation, il appartient à la nation car il est un patriarche à préserver, aussi à ménager vu son âge aujourd’hui. Nous sommes tout aussi soucieux de son état de santé et conscients des défis qui lui incombent durant son dernier mandat.

J’attire votre attention sur votre dernière visite officielle (forum de la paix) en France du 11/11 au 13/11/2019, qui a montrée clairement la défaillance du dispositif sécuritaire de la garde présidentielle, et l’inertie de la France à sécuriser le Chef de l’Etat alors qu’il était en visite officielle.

Nous avons vécu une frustration la plus monumentale ! Mme BIYA Chantal, comment admettre qu’on ait pu préparer un discours au Président alors qu’il s’agissait d’un débat ? Comment le Président s’est-il retrouvé seul en direction de l’Elysée en titubant alors que vous devriez veiller à ce que son Aide de Camp soit à ses côtés pour le soutenir ?

Nous avons tout simplement compris qu’un système bien outillé qui travaille avec Mr le Président sont à l’origine de cette grosse conspiration dans le seul but de le dénigrer, le ridiculiser ainsi que le Cameroun aux yeux du monde. Cette humiliation répercutée sur l’image du Cameroun est inacceptable, vous deviez être vigilante en restant une sentinelle avisée.

Il vous revient de faire un choix de ne plus soumettre le Président aux nombreuses sollicitations externes (l’étranger) quel que soit l’urgence ou la nécessité, le Président n’est pas en sécurité ni à l’extérieur, ni au Cameroun. Mais, il est sage qu’il reste au Cameroun pour mieux gérer ses forces pour les prochaines années.

Suggérez au Président, en ce qui concerne les sollicitations externes, le Premier Ministre JOHN NGUTE soit son représentant. C’est un homme sur qui les Camerounais peuvent compter, et vous aussi. Il est intègre, intelligent, compétent, éthique, surtout peut être je peux me tromper incorruptible.

Je me joins aux nombreux camerounais, qui vous remercient de prendre soins de notre Patriarche national, et nous vous invitons à plus d’implication dans la gestion des plans d’urgence de notre pays, sans omettre d’être la meilleure conseillère.

Recevez Madame BIYA Chantal, mes vœux les meilleurs pour l’année 2020

Vive un Cameroun de Paix et Prospère ! vive le Cameroun !

« On peut tuer un homme, mais pas ses idées » Thomas SANKARA

Nathalie Princesse alias Ayop

Une patriote dans toute sa splendeur.

Source: https://www.facebook.com

admin

Next Post

LETTRE OUVERTE À PAUL MAHEL

jeu Déc 12 , 2019
BORIS BERTOLT Cher Mahel, C’est avec beaucoup de gêne que je me vois dans l’obligation d’écrire ce biais qui vise à ne pas laisser perdurer dans cette société anémiée qu’est la société camerounaise, une démocratisation de l’inculture et de la politique du miroir. Cher Mahel, ton professionnalisme journalistique est difficilement […]
LETTRE OUVERTE À PAUL MAHEL, BORIS BERTOLT

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :