Cameroun (Qui dessine tableau de l’ingérence ? )

Par EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED

Qui dessine tableau de l’ingérence ?  Tableau d’ingérence  JE SUIS POUR LE FRANC CFA EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED
Qui dessine tableau de l’ingérence ? Tableau d’ingérence JE SUIS POUR LE FRANC CFA EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED

Tableau d’ingérence

JE SUIS POUR LE FRANC CFA

S’étant illustré par une absence étonnante à un dialogue qu’il avait lui-même convoqué et alors qu’il se trouvait en terre camerounaise, Paul Biya dépose ses valises à Lyon le 8 octobre pour rencontrer Emmanuel Macron. L’atelier international étant focalisé sur les enjeux sanitaires, il profite néanmoins pour, selon ses propres dires, « faire un compte-rendu » au président français des résolutions de ce fameux dialogue.

Si l’on peut être surpris qu’en 2019 il faille encore s’expliquer devant l’ancienne métropole sur ce qui se passe dans notre pays, les choses vont encore plus loin : en effet, au même moment, le 10 octobre, le ministre des finances est convoqué à Paris avec les 13 autres ministres de la zone franc par Bruno Lemaire, ministre français de l’économie. Tel un parent qui convoque sa progéniture pour une assise familiale.

La « zone franc », ce sont les 14 pays du continent africain ( auxquels s’ajoute l’archipel des Comores ) qui utilisent le franc CFA. Et tous les ans, entre octobre et novembre, il existe une réunion diplomatique qu’ils appellent le « programme monétaire », au cours de laquelle la France reçoit des rapports et ensuite donne à ces pays la ligne à suivre pour les 365 jours à venir. Et Paul Biya, comme Alassane Ouattara, Macky Sall et les autres, se laisse ainsi materner par cette France dont il estime qu’elle garantit la stabilité de notre monnaie.

EST-CE VRAI ?

L’argument courant c’est de dire que si l’on venait à sortir du franc CFA, on se retrouverait avec une monnaie flottante qui perdrait de sa valeur en quelques semaines. Le problème de ce raisonnement, c’est qu’en plus de confirmer les critiques de mal gouvernance et d’absence d’économie réelle dans nos pays, confirme aussi l’Africain comme cet éternel enfant incapable de s’auto-gérer, et qui a besoin que son tuteur lui tienne sans cesse la main. Il va de soi que c’est une insulte envers l’intelligence de tout un peuple qui, au demeurant, est le berceau de la civilisation.

A présent, examinons cet argument par un morceau choisi :

Le franc CFA est lié, attaché à l’euro par un principe qu’on appelle la « parité fixe ». Cela veut dire que quoiqu’il arrive, la valeur du franc CFA par rapport à l’euro est toujours la même. En gros, 1 euro = 655 franc CFA ( on retire les décimales pour mieux illustrer ). Qu’il pleuve ou qu’il vente, ça ne change pas. Avec d’autres monnaies étrangères par contre, l’euro varie beaucoup d’un jour à l’autre. Ainsi, on peut vous dire aujourd’hui que 1 euro = 1, 45 dollars et ce soir à 20 heures, les choses évoluent pour 1 euro = 1,68 dollars.

Certains pays comme la Chine font expressément baisser la valeur de leur monnaie pour que les produits qu’ils exportent soient moins chers : donc si 1 euro = 8 yuan et qu’un short fabriqué par la Chine vaut 5 euro ( c’est-à-dire 40 yuan ), les Chinois décident de diviser le prix par 2 et de le vendre à 20 yuan, soit 2,5 euros. Si les européens vendaient aussi leurs shorts à 5 euros, ils ne peuvent plus lutter vu que les articles venus de Chine ont un prix plus abordable.

Et le franc CFA dans tout ça ? Justement : puisque le CFA est lié à l’euro, le fait que la valeur du yuan change par rapport à l’euro, signifie qu’elle change aussi de manière automatique par rapport au CFA. Donc si les shorts au Cameroun coûtaient 3 200 francs CFA ( environ 5 euros ) au marché central, les Chinois en divisant leur prix, vont désormais vendre les leurs à 1600 francs environ. Et bonjour les dégâts !

Conséquence Numéro 1 : toute la clientèle va se ruer vers leurs comptoirs, car tout le monde aime le moins cher. Donc extinction du « Made in ».

Conséquence Numéro 2 : les commerçants camerounais vont donc perdre leurs clients, donc leurs recettes, donc la possibilité de payer leurs employés, et donc ils vont licencier, et donc ils vont eux-mêmes finir par fermer. Dans un pays en proie au chômage, il ne sera pas possible d’atteindre l’émergence avec une politique économique qui joue contre nous-mêmes.

Conséquence Numéro 3 : la monnaie de la zone franc ne varie donc pas en fonction des réalités et des besoins économiques des pays dans lesquels elle existe, mais plutôt en fonction des mouvements décidés par les autres et pour leurs besoins à eux. En clair, nous ne pouvons pas décider de baisser la valeur du franc CFA par rapport au yuan chinois, car cela signifierait que la parité fixe avec l’euro n’existe plus. Or nous y sommes embrigadés.

En SOMMES : QUI DÉSTABILISE LE CAMEROUN ?

Nous ne pouvons donc pas vendre nos shorts sur le marché international au prix que nous voulons, car notre économie ne dépend pas de nous.

Parler de stabilité s’apparente donc à un conte fabuleux. C’est au contraire le plus grand mécanisme d’instabilité économique encore présent au IIIe millénaire. Et il est par ailleurs difficile de trouver un principe d’ingérence encore plus évident. Il n’est donc pas très rationnel de faire porter à des acteurs politiques autres que ceux qui tiennent les rennes du pouvoir le chapeau d’une volonté de déstabilisation du pays. C’est à l’opposé de toute bonne foi.

Or dire que le Cameroun ne se développera jamais sous ce gouvernement n’est pas de la divination, mais une lecture ( après étude ) de faits. La technique du bouc émissaire est en outre une fuite en avant qui bien sûr ne contribue pas à résoudre le problème. On peut alors parler de pharisianisme.

L’implication de tout citoyen à la chose politique ainsi que la prise de conscience du fonctionnement de ces éléments est la clé qui nous sortira des abysses. C’est pour cette raison que de tout temps je vous y invite. C’est en ce sens que depuis plusieurs jours je vous convie à notre journée d’adhésions massives au MRC à Douala, ce samedi 26 octobre. Le développement est une toile immense dont chacun doit tisser un noeud. Trouve le tien !

EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED

( Qui dessine tableau de l’ingérence ? )

Source: https://www.facebook.com

admin

Next Post

NON! SANGMELIMA NE DONNE PAS RAISON A NGANANG

lun Oct 21 , 2019
Par Ludovic Lado, Jésuite! Les événements de Sangmélima constituent une grave entorse au vivre ensemble et appellent à la vigilance. Mais il convient de se garder de toute dramatisation. Aucun Bamileké ne doit céder ni à la provocation ni aux sirènes de haine. Certains tentent de faire croire qu’il s’agit […]
NON! SANGMELIMA NE DONNE PAS RAISON A NGANANG – PAR LUDOVIC LADO

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :