L’ONU PEUT-ELLE ACCUSER BIYA DE GÉNOCIDE?

1

L’ONU PEUT-ELLE ACCUSER BIYA DE GENOCIDE?

Concierge de la république, JSK, L’ONU PEUT-ELLE ACCUSER BIYA DE GÉNOCIDE?

Patrice Nganang, Concierge de la république
Patrice Nganang, Concierge de la république

Allons-y doucement doucement.

Quiconque lit cette page, et quiconque me lit depuis 2005, je dis bien depuis 2005, sais que j’ai toujours dit ceci: que le Cameroun s’est mis résolument sur la ligne juridique du Soudan. Déjà parce que le Cameroun n’a pas signé les statuts de Rome, comme le Soudan, et n’est donc pas non plus un pays membre de la CPI. Je parle peu, très peu de moi, même si je montre mes photos plusieurs fois, mais j’ai été à la Haye plusieurs fois, et ai suivi le procès de Charles Taylor jadis sur les lieux, sais donc de quoi je parle ici, car comme vous savez, mon but est d’y mener Paul Biya, et je sais que son but est de ne pas y aller et de mourir plutôt à Étoudi. Voyons donc qui gagne entre temps. Revenons pour cela sur l’argument de base, qui avance très bien je dirai, depuis 2005-la, et cet argument c’est le génocide. En 2005, évidemment on ne parlait pas de génocide, ni d’ailleurs en 2008, et comme chacun peut entendre sur la première vidéo, c’est Paul Biya lui-même qui en parle déjà – 2019. Moi j’en ai toujours parle, dans mes articles publiés au pays, et ai d’ailleurs écrit de nombreux livres dessus. Mais trêves d’introduction. La question c’est si l’ONU, peut accuser le Cameroun de génocide, et si c’est un chemin probable pour mener Biya à la CPI. Le précèdent ici évidemment c’est le Soudan, dont le pays, comme le Cameroun, je le redis, n’est pas membre de la CPI non plus, dont le président, El Beshir, comme Biya, a préféré la division du pays pour se maintenir au pouvoir dans un Soudan orphelin de sa partie Sud. Eh bien le Soudan avait évidemment dans ses bagages le génocide au Darfour, et je crois, personne sur la terre aujourd’hui ne peut disputer le fait que ce soit un génocide. Obama a de manière fameuse dans une conférence au NPC en 2006, dit que c’était un génocide, mais surtout, avant lui, le représentant Donald Payne avait introduit en 2004 au Congres américain une législation nommant ces crimes contre l’humanité au Darfous, génocide. La voici: https://www.congress.gov/bill/108th-congress/house-concurrent-resolution/467

Lisez le texte de loi qui date de 2003-2004. La première phrase dit que les USA devraient dorénavant se référer a ces crimes contre l’humanité au Darfour, comme étant un génocide, ce qui sera fait, et en 2006, Barack Obama, avec l’acteur George Clooney qui l’inspirera ici, participait a une conférence sur le génocide au Darfour, conférence qui établira l’argument moral pour la reconnaissance internationale du génocide au Darfour, et du Soudan du Sud. C’est essentiel de souligner ici, 1) l’initiative américaine en terme de législation, et ici pour ce qui est du Soudan, le leadership du représentant Donald Payne était fondamental, comme l’est pour ce qui est du Cameroun, le leadership de Karen Bass venue au pays en juin, même si exclue du Noso, et 2) l’initiative individuelle d’un acteur, ici George Clooney, qui, comme on voit, est bien celui qui donnera le la à Barack Obama, pousse ensuite par les membres de son équipe dont Samantha Power, elle aussi Professeur, et pas politicienne. Je dis ces choses pourquoi? Parce que l’initiative de Payne, 1) donc, aboutira sur la décision de l’ONU de constituer une Commission d’enquête internationale sur le génocide au Darfour, en 2005, commission dont voici le rapport: https://www.un.org/ruleoflaw/files/com_inq_darfur.pdf

Lisez bien la page 4, et vous allez voir que l’ONU, en 2005 donc, contre toute attente, décide qu’un génocide n’a pas eu lieu au Darfour, même si des crimes contre l’humanité y ont eu lieu, et même si des massacres de grande envergure y ont eu lieu. La conclusion de l’ONU demeure donc claire, un génocide n’a pas eu lieu au Darfour. Je répète: l’ONU décide, en 2005, après que les USA aient décide en 2004 qu’un génocide a lieu au Darfour, l’ONU décide qu’un génocide n’y a pas eu lieu.

L’ONU contredit donc les USA.

Réfléchissons un peu ici. Nous sommes en 2019. Un génocide est reconnu au Darfour, oui ou non? Évidemment oui, et ce génocide aura servi de base morale pour l’indépendance du Soudan du Sud. Les criminels du Soudan sont bel et bien à la CPI, le cas y ayant été envoyé comme chacun de nous peut lire, par le même ONU, sur initiative des USA, ONU qui au bout de sa commission d’enquête avait pourtant décide qu’un génocide n’avait pas lieu au Darfour: https://www.icc-cpi.int/darfur

Et la CPI attend évidemment El Beshir qui entretemps a été chasse du pouvoir: https://www.icc-cpi.int/darfur/albashir

Il faut être patient dans la vie, mais toujours très ferme dans ce qu’on veut, voilà ce que je suis en train de dire, car aujourd’hui au Cameroun, la scène publique a finalement accepte le mot ‘génocide’, et Maurice Kamto et Penda Ekoka viennent de l’écrire dans un texte d’importance. Maurice Kamto est juriste international, même si politicien, et Penda Ekoka est membre de la société civile. Paul Biya, évidemment, a utilisé le mot génocide, pour s’en défendre. Chose unique dans toute l’histoire de notre pays. Je dis ces choses parce que évidemment celui qui est encore tatillon à utiliser le terme ‘génocide, c’est personne d’autre que Agbor Balla, qui a un centre des droits humains à Buea, et dans sa présentation aux Nations unies a Genève cette semaine comme on peut entendre sur la vidéo, ne mentionne pas le mot ‘génocide’, alors qu’un génocide a bel et bien lieu autour de lui, tant dans l’intention – ‘targeted killings’, a bien dit l’ambassadeur américain déjà en mai 2018 -, que dans les faits et actes qu’il documente et rapporte. Après tout, on ne tue pas à Sangmélima! On ne tue pas à Ebolowa! On tue bel et bien dans le Noso! La société civile camerounaise derrière lui est encore tatillonne à accuser le tyran dont le sort est pourtant déjà scelle. Le mot qui scelle son sort est unique: génocide. Et ce mot reviendra aussi longtemps qu’il est au pouvoir. Même après sa mort, il reviendra. Rappelez-vous, l’ONU n’a pas reconnu un génocide au Darfour. Mais au Darfour il y’a génocide, et l’opinion internationale en a décidé ainsi. La CPI table dessus. El Beshir est fini comme génocidaire, ce qu’il est. C’est une simple question de bon sens.

JSK

Concierge de la république

Source: https://www.facebook.com

admin

One thought on “L’ONU PEUT-ELLE ACCUSER BIYA DE GÉNOCIDE?

  1. Génocide au Darfour confirmé par les USA, nié par l’ONU. Ce n’aurait été que des éléments fragmentés qui rentreraient alors dans une future négociation. Deux options se présentaient au génocidaire:
    1. Le génocide est reconnu par tous, tant par les USA que par l’ONU, le bourreau est immédiatement déporté à la CPI, et le pays est désormais géré par les victimes du génocide. Comme au Rwanda. Ces derniers pouvant s’octroyer le droit d’imposer aux collaborateurs de leurs bourreaux d’hier, des éléments de réparations. Cas des Alliés et Juifs contre les Nazis.
    2. Le génocide n’est pas reconnu par l’ONU, malgré la conviction des USA, le bourreau s’accroche au pouvoir au prix de la division de son pays en deux. La victime se sépare sans compensation, sans dédommagement, si ce n’est l’obtention d’un nouveau pays. Le transfert du bourreau à la CPI n’est lors que différé.
    Face à ces deux options, la situation devient très difficile pour Yaoundé. Cela connu, les stratèges devraient penser les diverses autres options possible, une troisième voie, et anticiper, tant pour la contrer et la défaire que pour attaquer.

Laisser un commentaire

Next Post

Njoya, Des propositions constitutionnelles, du Sultan roi des Bamouns.

jeu Oct 3 , 2019
Des propositions constitutionnelles, du Sultan roi des Bamouns
Des propositions constitutionnelles, du Sultan roi des Bamouns

Inscrivez vous à notre Lettre d'information

Articles récents